Iconographie du genre camellia
Abbé Berlèse

Collection Horticulture, Art des jardins
400 pages
Format 24x34
100 illustrations quadri hors-texte
Papier vélin 170 et 280gr
Pleine toile
ISBN 2-914473-37-0
Réf. 051
Date de première édition 1841
Date de parution 2005

Tirage 500 exemplaires


Préface par Jean et Frédérique Thoby

Prix 450.00 euros
+ 10.00 € de Frais de port





Iconographie du genre Camellia ou description et figures des camellia les plus beaux et les plus rares, peints d'après nature, dans les serres et sous la direction de M. l'Abbé Berlèse, par M. J.-J. Jung, accompagnées d'un traité complet sur la culture spéciale de cette plante et sur les soins qu'elle exige pour fleurir abondamment.
C'est l'art de l'hybridité qui décora nos serres et dota le commerce d'un des plus beaux produits horticoles de nos jours, je veux dire des fleurs ravissantes du Camellia du Japon. Le Camellia du Japon, qui fait l'objet exclusif de cet ouvrage, la marche toujours croissante que suivit parmi nous sa culture, le nombre immense d'hybrides qui le représentent, leur perfectionnement, leur commerce, tout cela, Messieurs, est digne de votre attention. […]
Introduit en Europe en 1739, le Camellia du Japon fut cultivé d'abord en serre chaude pendant soixante ans. Là il ne put développer son port majestueux, ni la grâce de son maintien, ni son riche et brillant fouillage ; là enfin sa floraison ne fut qu'incomplète et sa fructification presque nulle.
Heureusement pour l'Horticulture de notre siècle qu'en 1760 une reine de Naples, qui aimait les fleurs, en fit planter un individu, le type, en pleine terre, dans le jardin royal de Caserta. Là, cet arbrisseau, se croyant dans son pays natal, devint rapidement géant, se couvrit bientôt de fleurs nombreuses, et, par la suite, fructifia abondamment.
De cette stirpe intéressante prirent origine des progénitures nouvelles, peu remarquables il est vrai, mais variées. Celles-ci, livrées à leur tour à la fécondation croisée, rapportèrent des hybrides, dont les graines, fécondées de même artificiellement ou spontanément par la présence du petit nombre de congénères provenant alors de la Chine et du Japon, donnèrent, de leurs noces légitimes ou adultérines, des variétés et des hybrides fort intéressants et inconnus.
Par la suite enfin, le concours de ces circonstances ayant été répété, les bons effets se multiplièrent, et il en sortit en grande partie cette nombreuse lignée de fleurs admirables qui augmente tous les jours, et dont le mérite ne le cède en rien à celles qui nous vinrent plus tard directement de leur pays natal. […]
Guidé par les conseils de mes amis, j'annonçai en 1840 mon projet de publier l'Iconographie du genre Camellia aux nombreux visiteurs de ma serre, et j'ouvris une souscription. En moins de trois mois que dura la floraison de mes plantes, j'eus cent dix souscripteurs. […] Un peintre et un éditeur ne tardèrent pas à m'offrir leur concours, et, parfaitement d'accord avec ces Messieurs, je fis paraître mon premier essai.
Un spécimen de l'Iconographie vit le jour, et le public l'accueillit avec tant d'empressement, qu'au bout de quelque temps le nombre des souscripteurs monta à 250. Je sentis alors le besoin d'augmenter mes modèles : j'enrichis successivement ma collection de Camellia des variétés les plus recherchées, de sorte que j'en portai le nombre à plus de 850 espèces et variétés, déduction faite de toutes celles à fleurs simples ou médiocres. C'est dans ce nombre que furent choisies la plupart des 300 fleurs variées contenues dans l'Iconographie.
Mais un peintre et un éditeur ne pouvaient pas seuls suffire pour rendre intéressant et utile un ouvrage de telle nature. Il fallait d'abord que la partie scientifique fût traitée consciencieusement et avec lucidité ; il fallait que, élaborée sur l'expérience la plus consommée, elle fût mise à la portée de toutes les capacités. […] Indépendamment de la description botanique de chaque variété, facile à saisir, j'y ai classé toutes les observations importantes que l'étude spéciale de trente années m'avait révélées sur la végétation, la floraison, la fructification, les mœurs, les maladies, en un mot sur la culture tout entière de ce beau végétal.
Je n'ai rien négligé pour tenir ce que j'avais promis dans mon Prospectus. J'ai fait plus : pour rendre ma publication plus complète, je n'ai regardé à aucun sacrifice. La lithographie que j'annonçai d'abord, et qui présenta ensuite des obstacles à la fraîcheur des couleurs, fut remplacée à la première livraison par la gravure sur cuivre, malgré l'élévation de son prix. Les fleurs tirées en couleurs furent retouchées au pinceau par d'habiles artistes de la capitale. Le choix du papier, le luxe d'impression, le fini coloriage, tout fut employé pour rendre mon Iconographie digne du public. Je ne parlerai pas des voyages réitérés que je fis en Italie, en Belgique, et dans l'intérieur de la France, pour me tenir au courant des nouvelles découvertes ; je ne compterai ni les dépenses que je fus obligé de faire pour augmenter ma collection de Camellia, ou pour m'assurer de l'authenticité de ceux que j'avais, ni la construction de deux serres devenues indispensables pour abriter la nombreuse famille que je possède. […]
Me dira-t-on pour me censurer que j'ai inséré dans l'Iconographie quelques fleurs anciennes ou moins rares ? Les jardiniers commerçants auraient-ils voulu n'y trouver que des fleurs nouvelles ? Les amateurs ne me demanderont-ils que des fleurs parfaites ? J'ai pesé toutes ces considérations, et j'ai senti qu'il était impossible de satisfaire tout le monde. Mon Iconographie n'est pas une montre seulement pour le commerce, elle est aussi un ouvrage d'art, un ouvrage scientifique. Mon but principal en donnant l'Iconographie fut celui de chercher la vérité dans la reproduction de la nature, et de décorer les bibliothèques d'un livre modèle, rappelant d'un côté une des plus belles fleurs de l'Asie, et de l'autre les progrès que l'art et la science lui ont fait faire en Europe. Voilà la tâche que je me suis imposée, et que je crois avoir fidèlement accomplie. » Abbé Berlèse
 Retour à la liste des titres

83 boulevard Saint-Michel, 75005 Paris, France Tél.: 06 07 60 40 08